• marlenevissac

Plantes mellifères - Pour une api-agroforesterie


Butinage sur rosier

L’hiver étant toujours là, il est encore temps de planter des arbres pour nos paysages fertiles et… mellifères de demain ! Face aux aléas climatiques, la vie sous toutes ses formes a besoin d’un coup de main, si possible en anticipant les quelques degrés de plus qui s’installent quotidiennement.


Les paysages de demain, ce sont bien sûr nos jardins mais aussi les alignements urbains et routiers, les arbres et les haies dans l’espace agricole et rural, la végétation des bois et des zones délaissées … Et à toutes les échelles !


Pour le seul compte du réchauffement climatique, il faut savoir que chaque degré de plus équivaut à une remontée des conditions climatiques « moyennes » de vie des plantes d’environ 200 km vers le Nord (https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/observatoire-national-sur-effets-du-rechauffement-climatique-onerc#e5). Les 2 à 3°C de plus attendus pour 2050 correspondent à un déplacement des conditions de vie de plus de 400 km vers le Nord : c’est beaucoup pour les végétaux qui se déplacent de graines en graines. Sans oublier que l’on voit apparaître un phénomène appelé « Dette climatique » (pour en savoir plus rdv sur ce lien du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/dette-climatique)

Avant de se déplacer, les plantes subissent. Ainsi, depuis 30-50 ans, on voit un dessaisonnement : les fruitiers fleurissent plus tôt (action risquée car les pollinisateurs ne sont pas toujours prêts, les périodes de gelées tardives ne les épargnent pas, etc…), leurs périodes de production rallongent entraînant un affaiblissement de l’individu. Les vagues de chaleur sont de plus en plus longues (comme en atteste le rapport disponible ici https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/observatoire-national-sur-effets-du-rechauffement-climatique-onerc#e5) et ont pour conséquence de causer des embolies par exemple (comme les chênes pubescents sur le causse de Brive-la-Gaillarde – été 2016 – qui ont tous été atteints d’embolie et dont la plupart ne s’en sont pas remis). La liste des dégâts peut se rallonger, néanmoins, place aux solutions…


Liste non exhaustive de plantes pérennes mellifères


Planter des essences mellifères capables de s’adapter aux enjeux du réchauffement climatique est donc indispensable. Ceci afin de permettre à nos paysages d’atteindre une certaine résilience et maintenir un certain seuil de fertilité. Permettant de préserver la vie sous toutes ses formes. Je vous propose ici une liste non exhaustive de plantes qui répondent à cela (liste régulièrement complétée). Elle comprend des essences à fort potentiel en pollen et nectar, promeut des plantations diversifiées dont l’objectif prioritaire est d’étaler les floraisons et permettre aux précieuses butineuses de se nourrir toute l’année à partir de produits sains et nutritifs, respectant leur écologie propre.






  • Facebook

© 2019 PHACELIA&Cie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now