• marlenevissac

Les mycorhizes en horticulture

mycorhizes arbusculaires, et de nombreuses plantes répondent favorablement à l'inoculation. Certaines éprouvent de grandes difficultés à se développer en l'absence de mycorhizes, en particulier les arbres et les buissons, ainsi que les plantes qui ont des racines épaisses en forme de carottes.

Cependant, il existe des plantes qui ne forment pas de mycorhizes : Amarantacées, Brassicacées, Caryophyllacées, Chénopodiacées, Polygonacées, Portulacacées et Protéacées.

INTÉRÊTS DES MYCORHIZES

L'inoculation des graines et / ou de sol avec des champignons mycorhiziens peut être une solution rentable et raisonnée pour minimiser l'effet des nutriments potentiellement porteurs de pollution, comme l'azote et le phosphore dans les eaux de ruissellement.


De nombreuses plantes et semis cultivés en jardinerie sont plantés dans des substrats stériles qui sont lourdement fertilisés. Or, les mycorhizes ne s'établissent pas en quantité suffisantes si de grandes quantités de phosphore sont déjà présentes dans les substrats de plantation.


Les terreaux sont stérilisés et fumigés pour prévenir la diffusion des agents pathogènes et, bien souvent, la tourbe utilisée dans ces mélanges ne contient pas de quoi laisser se développer les types appropriés de champignons mycorhiziens.


Un grand nombre d'études confirment les bénéfices apportés par l'inoculation de plantes de jardinerie :

  • Les plantes issues d'un semis peuvent être inoculées au premier stade de croissance, offrant aux graines et aux jeunes plantes tous les atouts d'une association mycorhizienne précoce.

  • Pour les plantes issues d'une multiplication utilisant une culture tissulaire, l'ajout de propagules mycorhiziennes dans le substrat avant la plantation peut aider les petites boutures à établir des systèmes racinaires solides, de sorte que les plantes devenues plus saines peuvent être transplantées plus tôt.

  • Une plante dotée d'associations mycorhiziennes solides au niveau des racines possède une connexion plus forte avec le substrat de plantation et accepte plus facilement les nutriments. Elle peut aussi mieux gérer les stress comme le manque d'eau ou une chaleur excessive.

  • Les plantes dotées d'associations mycorhiziennes peuvent mieux résister aux dommages causés par les agents pathogènes les plus courants qui s'attaquent aux racines, comme les nématodes ou les teignes.

  • Les jeunes plants cultivés avec des champignons mycorhiziens montrent une uniformité qui est souvent attendue par les acheteurs.

  • L'inoculation en jardinerie est un atout qui permet aux plantes une meilleure reprise, c'est à dire de survivre et mieux se développer dans l'emplacement qui sera ensuite le leur.

LES INOCULANTS

Les inoculants arbusculaires ainsi que les inoculants fongiques ectomycorhiziens sont accessibles sous 2 grands types :

- Un sac fourre-tout d'espèces fongiques qui peut contenir d'autres sortes de microbes.

- Des propagules d'une variété de champignon mycorhizien.


La plupart des mélanges de champignons mycorhiziens sont disponibles sous forme de spores ou de fragments d'hyphes, associés avec différents supports comme du sable, de la tourbe, de l'argile, un gel ou de l'eau, pour que les champignons soient réellement acheminés jusqu'au système racinaire de la plante.


RECOMMANDATION : Lire attentivement la liste des ingrédients sur l'emballage pour identifier le type de champignons (endo- ou ectomycorhiziens) et les espèces qui y sont présentes, afin de permettre les champignons adaptés aux cultures. Autre indication utile : connaître le pourcentage de spores et / ou de propagules susceptibles de germer.


RÉGLEMENTATION : En France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire délivre une autorisation de mise sur le marché en tant que "matière fertilisante avec préparation microbienne". Une nouvelle réglementation de 2017 permet d'harmoniser les règles au niveau européen.


La viabilité des champignons dépend de l'âge des propagules et de la façon dont elles ont été manipulées. En général, on peut se fier à des spores qui ont 1 ou 2 ans, tandis que les fragments de racine ou d'hyphes peuvent durer 1 ou un peu plus. Un champignon peut se régénérer à partir d'un minuscule fragment d'hyphe.



Le bon moment d'inoculer est le plus tôt possible, au constat de la durée de vie de la plante, afin qu'elle en retire tous les bénéfices.



COMMENT ?

Établir des mycorhizes dans des bacs ou autres contenants plantés peut prendre jusqu'à 2 mois - Beaucoup moins longtemps que dans un champ cultivé.

- Enrober ou vaporiser les graines avec des formules mycorhiziennes avant qu'elles ne commencent à germer

- En plein champ : les propagules sont appliquées en concentration plus élevée.

- En pot ou en bac : les champignons mycorhiziens produisent des spores beaucoup plus rapidement, ils commencent à se reproduire par l'intermédiaire des spores dans l'année qui suit l'inoculation.


Les spores de champignons mycorhiziens n'auront aucune possibilité de croître et de prospérer, les fragments d'hyphes de développer, s'ils n'entrent pas en contact avec les exsudats de la racine concernée.

Pour se faire :

- Rouler les racines des transplants dans des mélanges mycorhiziens ou à saupoudrer le mélange directement sur les racines exposées. Une fois que les racines sont inoculées et que la plante est transplantée, les hyphes extra-cellulaires poussent à partir des racines et se disséminent dans le sol du contenant.

- Mélanger les propagules avec le substrat de rempotage avant d'effectuer la transplantation. Le réseau fongique suit la plante lors de la transplantation.

FERTILISANTS & MYCORHIZES

Le meilleur moyen de ne pas détruire les champignons mycorhiziens est d'éviter de trop amender, de trop fertiliser, les champignons sont sensibles à une trop fort proportion de phosphore ou d'azote, qui ralentit ou limite leur croissance et la colonisation des racines des plantes.

Lorsque l'on ajoute trop de fertilisants, en général la colonisation mycorhizienne se réduit, et au fur et à mesure que les colonies fongiques diminuent, la concentration de phosphore dans les tissus végétaux diminue également.


Nous avons tendance à penser que les chiffres indiqués par N - P - K représentent les pourcentages en poids de ces trois nutriments, mais ce n'est pas tout à fait cela. Les chiffres représentent le pourcentage de pentoxyde de phosphore P2O5 et de l'oxyde de potassium K2O. Pour réaliser les conversions pour une pure trilogie NPK, il suffit de multiplier le chiffre du phosphore par 0,44 et celui du potassium par 0,83 pour en déterminer le poids réel.


Le compost est dénué de spores mycorhiziennes parce qu'il ne contient pas de racines vivantes pour servir de support aux mycorhizes et parce que les températures utilisées pour le produire tuent les propagules mycorhiziennes.


Les fumiers incorporés dans les mélanges de compost peuvent offrir de très hauts niveaux de phosphore et donc inhiber voir réduire la croissance des hyphes.


Les meilleurs mélanges de sol et de compost sont ceux qui fournissent l'assurance que les agents pathogènes ne seront pas prédominants et que les nutriments et microbes appropriés seront mis à la disposition de la plantes et des champignons mycorhiziens.

ÉTUDES DE PLANTES MYCORHIZÉES

- Cyclamen : meilleure résistance à la maladie portée par le champignon pathogène Cryptocline cyclaminis.

- Freesia : développe des racines et des pousses plus rapidement, produit des bulbes filles plus gros et donne davantage de fleurs.

- Géranium : résiste mieux à la sécheresse.

- Gerbera : fleurit plus tôt, augmente le poids sec des feuilles et des racines

- Hosta : croissance supérieure en hauteur.

- Jonquille : plus grande floraison, tige plus longue et qualité générale supérieurs.

- Muflier : plus grande taille et plus de fleurs.

- Pétunia : croissance reproductrice supérieure, floraison plus précoce.

- Poinsettia : boutures poussent plus rapidement.

- Rose : augmente la croissance des mini-roses en pots, améliore la reprise des boutures et jeunes plants.

- Souci : floraison précoce et plus abondante.

- Zinnia : floraison précoce et plus abondante.


Le prochain article traitera des mycorhizes en sylviculture, afin de reforester de façon résiliente et au taux de reprise important.

  • Facebook

© 2019 PHACELIA&Cie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now