Pourquoi préserver l'abeille locale

La disparition d'Apis mellifera mellifera n'est pas une fatalité. Les membres des Conservatoires ont identifié les pistes à suivre pour préserver ce patrimoine génétique irremplaçable.

Intérêt patrimonial

Cette sous-espèce est la seule à avoir survécu aux grandes glaciations en Europe et à avoir pu recoloniser tous les espaces des Pyrénées à l’Oural. Présente en Europe de l'Ouest depuis un million d’années, l'abeille noire est donc parfaitement adaptée à nos climats et nos paysages. Il s’agit d’un patrimoine génétique irremplaçable, à préserver et à transmettre aux futures générations et à tous les acteurs de l'agriculture.

2

Intérêt écologique

Les pollinisateurs ne sont pas interchangeables : ils ne vivent pas dans les mêmes milieux ni aux mêmes périodes de l'année et butinent des fleurs différentes en fonction de la longueur de leurs trompes. Plus adaptée au climat local, l’abeille noire va vraisemblablement assurer une pollinisation plus constante, régulière et variée que les sous-espèces importées.

3

Intérêt économique

Plus résistante, d’une grande longévité, l'abeille noire demande moins d’entretien aux apiculteurs et sa production de miel est plus régulière. Elle est adaptée à une apiculture sédentaire pollinisant les milieux et les cultures 365 jours par an.

FedCAN

La Fédération européenne des Conservatoires de l’abeille noire (FEdCAN) a été créée le 16 décembre 2015. Son but est de promouvoir et de préserver l’abeille noire endémique de l'Europe de l'ouest. Cette dernière risque de perdre son patrimoine génétique unique à force d’hybridations accidentelles avec des variétés d’abeilles domestiques importées. Des variétés qui ont, actuellement, la préférence de l’immense majorité des apiculteurs professionnels.