• marlenevissac

La productivité de l'herbe - André Voisin 1957

Mis à jour : mars 3

Le pâturage tournant ou dynamique est un précieux allié dans la séquestration de carbone, dans la fertilité des sols et l’aggradation de sa réserve utile. Une bonne organisation et un soupçon d’effort pour un maximum de résultat, si les fondamentaux sont respectés et au coeur de la conduite des troupeaux.



Le pâturage est la rencontre de la vache et de l'herbe


Extrait du livre "Productivité de l'herbe - Version originale de 1957" de André Voisin, éditions France Agricole

Une plante, trouvée admirable au laboratoire, ne sera pas toujours mangée avec la même admiration par la vache - André Voisin

Constat

Les botanistes ont étudié les plantes en elles-mêmes ; et les zootechniciens, de leur côté, ont surtout étudié les vaches dans ce vase clos qui s'appelle l'étable ou le calorimètre respiratoire.

Il y a l'herbe en soi, il y a la vache en soi ; mais il y a surtout la vache qui pâture l'herbe, et elle fait même cela pendant huit mois de l'année. Il est donc indispensable que les botanistes et zootechniciens se rapprochent pour combler le vide qui sépare les deux sciences.


Les exigences de l'herbe et de la vache

Quand nous penserons à la vache, nous n'oublierons jamais les exigences de l'herbe.

Quand nous examinerons l'herbe, nous aurons toujours en vue les exigences de la vache.

C'est en satisfaisant au mieux les exigences des deux parties que nous obtiendrons un pâturage rationnel (ou dynamique), qui nous fournira la productivité maximum de l'herbe, en permettant en même temps à la vache de fournir des performances optima.

Une plante de pâturage doit être en mesure de repousser après qu'elle a été coupé par la dent de l'animal ou la lame de la faucheuse.

Quand cette plante est coupée, il ne lui reste que très peu capable, par photosynthèse, de créer les éléments nécessaires pour la formation de nouvelles cellules végétales.

Il est donc indispensable que l'herbe, au moment de sa coupe, possède dans ses racines ou les bases de ses tiges des réserves suffisantes qui permettront la formation d'une certaine partie verte, laquelle, par photosynthèse, permettra alors la croissance normale de la plante.

Toute nouvelle croissance, c'est-à-dire toute repousse de nos plantes d'herbages, se produit toujours aux dépens des substances organiques élaborées précédemment (avant la coupe).

Si on coupe la plante avant que les racines et la partie non coupée aient emmagasiné suffisamment de réserves, la repousse sera difficile et peut même ne pas se faire du tout.


Qu'est ce qu'une plante d'herbage ?

Une plante d'herbage est une plante qui en mesure plusieurs fois, au cours d'une année, d'accumuler sans ses racines (et les bases de ses tiges) des réserves suffisantes lui permettant après chaque coupe une nouvelle repousse.


La production de masse verte par nos plantes d'herbage ne se fait pas de manière continue au cours de la période de végétation, mais suivant une alternance d'accumulation et de dépenses de substance. Professeur Klapp

Récupération des plantes après défoliation

Comme rappelé, leur capacité de récupération dépend de :

- La mesure dans laquelle une partie plus ou moins grande de la surface photosynthétique a été éliminée ;

- L'importance de la fraction des substance de réserve qui est accessible à la dent de l'animal ;

- La rapidité avec laquelle la plante peut reconstituer ses réserves

Les influences exercées par des défoliations répétées sont cumulatives, et réduisent progressivement de plus en plus les réserves

Cinétique de la croissance des plantes

Le poids de la matière sèche de la toute petite plantule tend d'abord à décroître légèrement à la suite de la germination, quand les réserves de la graine sont dépouillées.

Puis, quand la photosynthèse se met à fonctionner dans les nouvelles feuilles, il vient une période au cours de laquelle le taux de croissance augmente rapidement.

Nous pouvons distinguer trois stades qui forment ensemble la période globale de croissance :

- Une première période de croissance lente

- Une période intermédiaire de croissance très rapide

- Une période finale de faible croissance


Courbe de repousse de l'herbe

Courbe de productivité de l'herbe

Les temps de repos seront différents en fonction de la saison, en été ils sont doublés par rapport au temps de repos du printemps.

Les temps de repos prolongés permettent d'augmenter considérablement la production annuelle d'herbe et d'éléments nutritifs de l'herbe.

Il existe un moment où une herbe est bonne à faire cisailler par la dent de l'animal, exactement comme il existe un moment où l'herbe est bonne à faire couper par la lame de la faucheuse.

Nécessité d'avoir des temps d'occupation court

Il y a un réel danger à pratiquer des temps d'occupation trop longs dans tout système de pâturage rationnel, que ce soit sur pâtures permanentes ou temporaires.

La production de l'herbe sera faible, si le temps d'occupation est suffisamment long pour permettre à l'animal lors de la même rotation de cisailler une deuxième fois une herbe cisaillée aux premiers jours de l'occupation de la parcelle considérée.

Ce temps limite est évidemment différent suivant le type de l'animal, un mouton pouvant saisir et cisailler une herbe courte que la vache est incapable de brouter.


Dans un pâturage continu, nous travaillons probablement avec une productivité environ trois fois moindre que celle obtenue dans un pâturage rationnel bien mené.


  • Facebook

© 2019 PHACELIA&Cie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now