• marlenevissac

À la rencontre des champignons - 1 / 4

Mis à jour : janv. 19

Depuis 1995, ils constituent le 3ème règne du monde vivant, il naît donc bien longtemps après le règne animal et celui des végétaux, des quels ils ont une fois fait partie. On les nomme mycètes, fungi ou plus communément champignons. Plusieurs caractéristiques les ont démarqué : leur composition, leur reproduction, leur morphologie, etc... Dans ce post, je vous propose de les rencontrer, pas à pas, tant le monde qu'ils constituent est incroyablement passionnant.

QU'EST CE QU'UN CHAMPIGNON ?

Il m'est incontournable de les aborder par leurs mystères, leurs magiques spécificités et mettre en lumière leurs précieuses missions, après tant d'année à avoir été rangés dans les dangers et les répugnants organismes à éliminer.

Comme présenté juste avant, ils assurent plusieurs rôles, qui les catégorisent spécifiquement :

- Ils peuvent décomposer et recycler les nutriments, ils sont alors Saprophytes ;

- Ils participent à la régulation démographique des autres vivants, ils sont alors Parasites ;

- Ils participent à la résilience et à la santé des autres vivants en échange de services rendus mutuellement, ils sont alors Symbiotes.


Un remarquable exemple du dernier rôle qu'ils assurent, ce champignon Tolypocladium inflatum, découvert dans le sol de Norvège, qui produit la cyclosporine, un agent immunosuppresseur utilisé pour prévenir le rejet de greffon à la suite d'une transplantation.

Du sol aux organismes des plus "éloignés" et complexes !


Ce sont des êtres aérobies, ils ont besoin d'oxygène pour vivre et peuvent vivre dans toutes sortes d'environnements.

Ils peuvent avoir différentes formes, les levures sont des champignons, unicellulaires, indispensables pour la fabrication de bière ou de pain.


Les champignons sont hétérotrophes et non pas de système vasculaire, ils sont des êtres eucaryotes (des organismes dont les cellules contiennent un noyau et d'autres structures enfermés dans des membranes). Les membranes cellulaires et d'autres structures composant les champignons sont similaires à des cellules végétales : noyaux et vacuoles délimités par une membrane, ribosomes, mitochondries, et bien d'autres encore. En revanche, celles des champignons contiennent de la chitine, un polysaccaride qui constitue aussi le principal élément du tégument des insectes, des crabes et des homards. Ils utilisent également un autre polysaccaride : le glycogène, pour stocker de l'énergie.

Ils digèrent leurs aliments de manière extracellulaire (hors des cellules, par osmose), ce qui représente une différence avec les autres règnes. Pour cela, ils ont recours à de puissantes enzymes pour digérer ses aliments en dehors de l'organisme, avant de les absorber.



Pour les gourmand.e.s, sachez que les membranes des champignons contiennent une molécule spécifique, l'ergostérole, un alcool stéroïde qui se transforme en vitamine D lorsqu'il est exposé aux rayons ultraviolets du soleil. C'est pourquoi il est recommandé d'exposer les champignons comestibles issus de cueillettes frugales, au soleil pendant une bonne journée, avant de les déguster.


LA COMPLEXITÉ DES CHAMPIGNONS


En effet, les champignons peuvent être des organismes complexes multicellulaires ou des organismes simples unicellulaires. Les champignons mycorhiziens (ceux qui m'intéressent tout particulièrement et qui orientent les publications de ce blog) sont multicellulaires et comprennent des masses de filaments ramifiés : les hyphes.


Chaque minuscule filament d'hyphe mycorhizien est constitué de cellules reliées entre elles et chacune d'entre elles est remplie de cytoplasme, d'organites et d'un ou plusieurs noyaux. Les membranes tubulaires de la cellule et les septes (cloisons) entourent chaque cellule et servent de supports structurels. Les septes sont perforés par des pores qui permettent au cytoplasme de circuler à l'intérieur des compartiments cellulaires de l'hyphe, en transportant des minéraux, des enzymes et d'autres matières intracellulaires d'une cellule à l'autre.

Les hyphes peuvent se développer de quelques centimètres jusqu'à plusieurs mètres de long.


Certains hyphes ne sont pas cloisonnés par des septes. Dans les hyphes qui en sont dépourvus (nommés coenocytiques) une cellule unique enferme plusieurs noyaux. Néanmoins, ces hyphes forment en général un type de septe aux points d'embranchement et pour cloisonner des zones endommagées.

La plupart des organites situés à l'intérieur d'une cellule d'hyphe se rencontrent également chez les animaux et les végétaux, et ils fonctionnent à peu près de la même manière. En revanche, les chloroplastes, utilisés pour la photosynthèse, est absente dans les cellules fongiques.


La publication 2 / 4 portera sur la composition et la fonction des différents organites qui composent les champignons.


À la rencontre des champignons, à suivre....


RÉFÉRENCES :

Jeff Lowenfels - Fertiles champignons

Paul Stamets - Mycelium Running

Mycoflor

Jean-André Fortin - Christian Plenchette et Yves Piché - Les Mycorhizes l'essor de la révolution verte

Alain Tardif - La mycothérapie

Roland Sabatier - Le gratin des champignons

Régis Courtecuisse et Bernard Duhem - Champignons de France et d'Europe


  • Facebook

© 2019 PHACELIA&Cie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now